Axe 1 : MUTATIONS URBAINES ET DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES : AMÉNAGEMENT, MOBILITÉ, ATTRACTIVITÉ, FRONTIÈRES

Coordination : Michel Carrard-Maryvonne Prévot

 

Il s’agit ici d’aborder les processus de mutation urbaine et de développement territorial dans toute leur complexité, liée aux systèmes d’acteur impliqué dans ces dynamiques, à la variété des enjeux, spatiaux, sociaux, économiques, aux impacts divers sur l’organisation des espaces : ruptures, discontinuités, ségrégation, mise en réseau…

 

Ainsi, un premier volet concerne l’analyse des Mutations urbaines : dynamiques et nouveaux enjeux, autour de thèmes comme le renouvellement urbain appréhendé en tant qu’enjeu de la ville post-moderne. Sur le plan spatial, l'enjeu est la requalification d'un tissu urbain inadapté au nouveau contexte du développement. L'enjeu social n'est pas moins important dans des territoires devenus souvent, au fil du temps, symboles d'exclusion. Egalement, la question de l’articulation entre Stratégie urbaine et projet urbain est posée : la notion de projet urbain s'est imposée avec force dans le discours des aménageurs et des politiques, et a même connu jusqu'à aujourd'hui des concrétisations multiples à travers l’Europe. Dans ce contexte, les politiques foncières prennent une importance croissante, notamment dans les grandes régions urbaines, confrontées à la fois aux impératifs du renouvellement urbain et à la problématique de l’extension urbaine. Ces stratégies s’inscrivent souvent dans le cadre d’un processus de Métropolisation et de développement métropolitain par l’attractivité. Le phénomène métropolitain aujourd'hui représente un élément essentiel dans la compréhension des dynamiques locales et régionales. Dans ces espaces, les conflits de l’urbain représentent une entrée complémentaire, autour de questions environnementales ou de ségrégation socio-spatiale dans la ville et de mode d’appropriation de la ville. Le thème des mobilités, des réseaux et de la structuration des espaces métropolitains constitue une question essentielle pour l’analyse des mutaiton urbaines. La maîtrise des mobilités est, plus que jamais, au centre des stratégies urbaines et métropolitaines pour des raisons sociales (desserrer l’étau de la dépendance automobile), économiques (limiter l’effet du renchérissement du prix des déplacements motorisés sur les ménages et les activités) et environnementales (réduire les contraintes phonique, l’insécurité routière, la pollution atmosphérique et la consommation d’espaces).
Enfin, de façon transversale, le laboratoire T.V.E.S. oriente des travaux sur les Politiques d’aménagement et les jeux d’acteurs C’est ici la question de la cohérence territoriale qui est posée, et plus particulièrement du lien entre cohérence territoriale et développement.

 

 

Un second volet est plus directement lié à la question du Développement des territoires, notamment à travers l’analyse des activités économiques, de l’innovation et de son rôle dans la mutation des territoires, mais aussi le tourisme, les loisirs, la culture, et le patrimoine. Il s’agit là de leviers essentiels pour le développement des territoires. Le thème culture, en particulier, retient l’attention en tant que problématique de réflexion sur les stratégies de territoire, en lien avec la notion de ville créative. Une entrée spécifique concerne l’articulation entre milieux culturels et milieux économiques. D’autres concernent les institutions culturelles, ou encore la patrimonialisation de la ville, de l’industrie et de la nature, notamment dans une région ou l’empreinte de l’industrie sur le territoire urbain est profonde et constitue aussi un marqueur identitaire et culturel.
La question du développement des territoires se pose aujourd’hui en terme de durabilité. Ainsi est posée la question de l’articulation nature, cultures et sociétés, dont un aspect concerne le thème « Agriculture, société et territoires », notamment à travers la relation ville-campagne. Mais l’impact du développement sur les territoires concerne aussi les modes d’organisation spatiale, à travers les questions de discontinuités et de recompositions territoriales.
Dans le prolongement des acquis antérieurs, le thème de la reconfiguration des frontières et des recompositions territoriales qu’elles engendrent à différentes échelles spatiales demeure un thème privilégié du laboratoire.
Enfin, les mutations démographiques, par leur impact social et sur les politiques d’aménagement, représentent un enjeu majeur, notamment autour de la question du vieillissement des populations. Par ailleurs, sur un autre plan, l’analyse des déplacements domicile-travail à l’échelle métropolitaine s’intéresse aussi au contenu des politiques urbaines oscillant entre poursuite de l’extension spatiale périurbaine et faveur renouvelée donnée à la ville compacte.